Diagnostic arboré

Diagnostic arboré

Pour rappel, à la suite de chute importante de branches d’arbres situées le long du Boulevard Dumesnildot, un marché de diagnostic du patrimoine arboré de la commune avait été lancé et attribué à la société AAPA afin de sécuriser le domaine public. Vous trouverez ci-joint le compte rendu réalisé par la société.

Exemple de facies chancreux sur un platane

Ce diagnostic a été réalisé sur l’ensemble des arbres implantés sur la commune. La phase de terrain s’est déroulée en août et septembre dernier et a consisté à effectuer :

 

  1. Un repérage,
  2. L’observation individuelle de chaque arbre,
  3.  L’appréciation de l’état mécanique (qui consiste à rechercher des facteurs engendrant des maladies et à observer les défauts de structure de chaque arbre)
  4. L’appréciation de l’état physiologique de chaque arbre (qui consiste à rechercher des substances toxiques et chimiques, à observer l’état racinaire et les infections parasitaires de chaque arbre).

 

À la suite de cet audit, les conclusions sont les suivantes :


• Boulevard Dumesnildot, il existe une grosse problématique sur les marronniers qui sont pour une partie d’entre eux fortement altérés. La question du renouvellement est de mise, tant les mitages et abattages prévus sont de nature à remettre en cause l’existence de cette entité. De plus, il a été détecté la présence de massaria et de chancre sur les platanes. Une mise en sécurité du
site est donc nécessaire.


• Quais Éole et Gautreau, quelques platanes sont touchés par le chancre mais sans réelles conséquences. Il faut donc maintenir l’entretien actuel.

• Devant l’Église, il n’y a pas de remarques concernant les tilleuls. En revanche, les marronniers arrivent en fin de vie. Il y aura donc un abattage préventif (dit de gestion) à effectuer.

• Square Jules Verne, un platane est touché par le chancre et les marronniers sont sévèrement rabattus.

• Sur l’espace boisé, il n’y a pas de problématique, mis à part l’apparition de sphaéropsis sur certains arbres du site de la Pierre à l’œil, qu’il faudra par conséquent traiter.

• Quai Sadi Carnot, il est proposé un abattage de gestion sur les trois platanes. Des renseignements
complémentaires sont demandés à la société AAPA sur l’état sanitaire de ces arbres.

• Pour les autres sites, il n’y a pas de problèmes spécifiques.

La gestion :


Il s’agit ici de proposer des actions permettant de sécuriser les espaces tout en respectant le végétal.

ACTION/TERME Urgent À court terme** À moyen terme*** Total
Abattage 3 13 15 31
Abattage gestion 20 20
Réduction 2 2 4
Taille sanitaire 2 7 4 13
Entretien 216 216
Taille de formation 242 242
Surveillance 16 16
Total 5 22 515 542

 

*Urgence : sans délai
**Court terme : dans les 12 mois
***Moyen terme : dans les 36 mois

 

Le coût :


Dans les mois à venir, le traitement des urgences est estimé à 1 050 €HT et dans les 12 mois, un budget estimé d’environ 4 650 € HT devrait être alloué pour la sécurisation des sites.

Afin d’éviter un coût total de gestion de 42 600 € (estimation société AAPA) dans les 36 prochains mois, les tailles d’entretien, le maintien des silhouettes, les petits abattages et la surveillance seront, au maximum, effectués par les services municipaux.

En conclusion :

En premier lieu, les boisements sont à conserver sans interventions lourdes. Quelques tailles sanitaires ou traitements contre les chenilles processionnaires sont à prévoir dans un espace-temps mesuré. Ce traitement se fera grâce aux colliers éco-piège, à l’action des mésanges et la pose de pièges à phéromones (confusion sexuelle).
 

Concernant les structures végétales, les inquiétudes se focalisent sur les marronniers du Boulevard
Dumesnildot. La nature du revêtement accentue les effets des sécheresses et les abattages rendus nécessaires par l’état mécanique dégradé vont laisser place à des reliquats tout aussi inesthétiques que peu viables. Il convient donc de prévoir dans les prochaines années la plantation de nouvelles essences d’arbres sur le Boulevard Dumesnildot. Pour le reste, le gestionnaire devra régler quelques
problématiques éparses en réalisant aussi des abattages anticipés que l’on appelle « abattages de
gestion ». Le guide pour la gestion future du patrimoine arboré, inclus dans le marché de diagnostic est actuellement en cours de réalisation. Le gros du travail demeure sur la formation des tiges (jeunes arbres) qui sont en nombre conséquent. C’est sur ce point que se joue l’avenir arboricole de la ville.

Suite au diagnostic arboré, les élus majoritaires mettront en place une vraie « politique de l’arbre » pour conserver le patrimoine arboré de Paimbœuf, pour les générations à venir.
 

 

Publication
11/03/2019 à 00h00
Mis à jour à 17h03

Articles récents