Festival Détour(s) à Paimboeuf

Le festival de balades et d'escales artistiques de la rentrée pour toute la famille. Au programme, déambulations théâtrales, expériences, performances artistiques, croisière, banquet et concert.

Vous êtes curieux et avez envie de découvrir notre Commune sous un nouvel angle, pas de problème, le festival "Détour(s) à Paimbœuf" est fait pour vous…

PROGRAMME 2021

Retour pour la sixième année consécutive du festival annuel conçu par Territoires Imaginaires qui marque la fin de l’été et l’entrée dans l’année civile : « Détour(s) à Paimboeuf ». Même tempo, même énergie aux « détours » des lieux investis, une foison de spectacles gratuits jouant de singularité, de fables inattendues et de spontanéité avec, pour cette fois, une édition tournée davantage vers les publics jeunes et intergénérationnels dont on ne saurait citer tous les moments.

Durant ces deux journées, on a pu redécouvrir la place du Marché avec notre acolyte Patrice Moine et son exposé aussi loufoque qu’historique. Nous sommes partis à la recherche du lapin Bunny, casque vissé sur les oreilles avec Magic Meeting, et du chat obstiné avec Bloffique Théâtre. La place de l’Église a de nouveau été le théâtre d’un spectacle engagé, empreint d’un humour intersidérant : « La Beauté du Monde » de la Compagnie Qualité Street. Psycanalise do povo vous proposait dans son cabinet ambulant une séance de psychanalyse déjantée tandis que des centaines de « Bon baiser de Paimboeuf » ont été envoyés grâce aux partici-passants qui ont immortalisé leur venue en photos.

Côté création paimblotine, on ne peut qu’applaudir la troupe des Sans queue ni texte, composée d’élèves de l’Atelier Théâtre du Centre Socioculturel Mireille Moyon (CSC) et leur Paimboeuf du XXIIIe siècle. Bravo à 13arts qui de maison en vitrine fit revivre les commerces de la rue du Général de Gaulle en affichant les enseignes de ce qu’ils furent. Chapeau bas à la Brigade d’Intervention Poétique Populaire Paimblotine, à sa directrice artistique, Karen Maldonado qui, dans une production du CSC, a donné aux Genêts une performance pseudo parodique dont l’inventivité, la tendresse, la drôlerie et les talents conjugués ont atteint des accents de fraîcheur et de grande unité en partage.

Et puis, à tout instant il se passe quelque chose à Paimboeuf… Cette année, les spectacles vivants furent doublés d’animations musicales continues, offertes en plein soleil par des groupes locaux, sur les quais fermés à la circulation. Se sont succédés des thèmes de rock (« Black Beers »), des pages argentines à deux guitares (Andres et Juan Miño), la salsa cuivrée de Pan Vaca, des mélodies à deux voix tournées vers la chanson française (« Objets trouvés ») avant le crescendo de l’Harmonie de Paimboeuf et du Big Band. Pour finir l’Orchestre plastique de Lechapus et son univers bariolé, fantaisiste, a clôturé la fête avec ses chansons « boom boom » et ses poésies électro-ménagères.

Comme d’usage, les deux journées furent entrecoupées par le « Grand Banquet » du samedi soir, dans le jardin de l’école Louis Pergaud. Tablées, rencontres et tombée de la nuit sous les accords du groupe « Beretta Chic », aussi pro que barjo. Sous ses airs informels, Détour(s) à Paimboeuf est tout un dosage, « il ne s’agit pas simplement de plaquer de la programmation, même de qualité », dixit Christophe Guiho, son programmateur. L’hiver est là, viendra le printemps… et bientôt la 7e édition d’un festival désormais inscrit dans notre commune.

 

Cette sixième édition a été une nouvelle invitation à deux journées hors du temps pour rebondir sur notre besoin de partage.

 

Nous remercions chaleureusement nos partenaires et mécènes pour leurs soutiens cette année encore.

Leur participation concourt largement à la réussite du festival.

 

Presse écrite

Radio

 

Presse écrite

Blog

Radio

Presse écrite

 

Radio

Presse écrite